Depuis le 3 juin, PremarMED a publié un décret définissant le cadre de la future réglementation relative au mouillage et à l’arrêt des navires dans les eaux nationales françaises. Le champ d’application est large, y compris la sécurité et la sûreté maritimes, et la protection de l’environnement marin, en particulier les herbiers marins protégés. Il devient le cadre juridique de toute future réglementation locale dans chaque département (Alpes-Maritimes, Var, Bouches du Rhône, etc.), qui feront l’objet d’une concertation et d’une promulgation d’ici la saison nautique 2020.

Un groupe d’associations professionnelles du yachting coopère avec ECPY afin de participer à la définition des futures réglementations locales avec PremarMED, tout en respectant à la fois les lois protégeant notre environnement et les intérêts économiques de la profession, de ses destinations, ports, chantiers navals et emplois.

Nous ne laisserons pas les organisations populistes « anti-yachting » condamner notre profession pour des activités « écocides » sur les herbiers marins, ni viser les super-yachts de plus de 24 mètres, simplement parce qu’ils battent pavillon étranger et ne comptent pas aux élections locales. Nous veillerons à ce que les lois maritimes nationales et internationales soient reconnues par les organismes de réglementation, sans discrimination à l’égard de nos navires. Nous négocierons et, si nécessaire, nous lutterons contre les décisions brutales, afin qu’une politique progressive soit mise en œuvre et que des équipements d’ancrage alternatifs soient déployés.

Nous prendrons également des mesures internes au yachting afin que les capitaines et les équipages soient correctement formés et informés en ce qui concerne la protection de l’environnement marin, en particulier celle des zones et espèces protégées.

Pour l’instant, ECPY et les associations professionnelles du Yachting continueront à travailler en étroite collaboration avec les autorités maritimes françaises. Veuillez transmettre le message aux opérateurs de yachts et aux capitaines que, pour la saison 2019, aucune réglementation supplémentaire concernant les mouillages ne sera promulguée. Les capitaines doivent être avertis d’être extrêmement attentifs lorsqu’ils relèvent leur ancre dans des zones protégées.